ABONNE TOI entre ton courriel ci-dessous.

Si mes articles t'intéresse abonne toi: Entre ton adresse email ci-dessous:

Delivered by FeedBurner

Patricia Allais Rabeux

Se promener - Regarder - Observer - Ecouter - Dialoguer - Comprendre - Ne pas comprendre - Tracer - Retracer - Entendre - Rendre visible - Donner à voir - A revoir - A voir autrement - A lire - A s'interroger - A partager - A aller voir - A être ensemble -

lundi 16 juillet 2018

du Lapin Agile à Abesse

BALLADO CROQUIS


Comme vous le savez, j'aime Paris, pas seulement cette merveilleuse ville, mais un petit peu plus que toutes les autres. 
Et comme vous vous en doutez j'aime la bonne compagnie.
Alors je me suis décidé comme on prend une bonne résolution d'aller me balader avec mes camarades Claude-Emile Texier de Dominique Roy.
Nous voila donc, bravant sans aucun problème la grève perlé de la SNCF, nous voila en route pour la cité internationales des arts.

mais commençons par le commencement métro Lamarck Caulaincourt direction "Au Lapin Agile". C'est un classique, mis nous sommes là pour la balade alors pourquoi pas. 

 Nous voici donc posé au carré de Roland Dorgoles qui parle de son quartier avec ses mots:
« Chez nous, on se serait cru à la campagne. Pas d'autobus, pas de grands immeubles, pas de trottoirs encombrés. Chaque carrefour avait sa borne fontaine, chaque maison son bout de jardin […] Pas de magasins non plus : qu'en ferait-on dans un village ? Juste ce qu'il faut de boutiques pour rendre service aux ménagères : une boulangerie et un fruitier. Quand on voulait d'autres provisions, on descendait rue Lepic, où les marchandes poussaient leurs petites voitures, et l'on rentrait du marché avec des filets pleins. »1
« Seuls, les artistes étaient partout chez eux, prenant le chocolat avec les pèlerins, l'apéritif avec les arsouilles et déjeunant chez le bistrot avec les peintres en bâtiment »2

Les touristes passent nous entendons l'histoire du "Lapin a Gill" dans toutes les langues.
Enseigne dessiné par André Gill comme une auto caricature de lui même échappant à la répression de la commune.

Egalement appelé "Le rendez-vous des voleurs" ou "l'auberge des assassins"

  1. Roland Dorgelès, Le Château des brouillards, Le Livre de poche, 1973, p. 24.
  2.  Roland Dorgelès, op. cit., p. 26, pour cette citation et pour les précédentes.

Nous continuons notre BALLADO CROQUIS vers la place Dalida.


 La villa, cité international des arts, est une résidence qui accueille des artistes du monde entier. Elle est rarement ouverte au public. Pour l'occasion des artistes ont crées des installations sur les trois niveaux.




Je suis tombé amoureuse de la "Canopée" du groupe Polo&Pan. 
Nous nous arrêtons pour prendre un café où nous ne pouvons pas nous empêcher de croquer.
Il nous reste un peu de temps, nous nous arrêtons le temps d'un croquis devant l'édicule de Guimard de la station de métro Abbesse.
C'est très très chouette on va recommencer

samedi 14 juillet 2018

HAUT DE FRANCE

Une journée un peu stressante, pour moi qui ne sait toujours pas parler de mon travail.

Un grand merci à l'équipe de France 3 Haut de France qui ont tout fait pour me mettre à l'aise devant la caméra.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/emissions/le-journal-de-l-ete



A bientôt

lundi 9 juillet 2018

"L' ANTIVOYAGE" Muriel CERF


J'ai lu ce livre alors que je n'avais pas 18 ans. Je l'ai vu et je l'ai de suite adopté.
Je viens de le relire pour le plaisir et pour me souvenir de mes moins de 20 ans.

Enfant elle rêve devant la map monde, a peine adulte elle quitte Paris pour l'ASIE.
Elle quitte la tranquille famille pour renaître au sein de la découverte du monde.

Ce voyage sera aussi celui de la saleté, de la pauvreté, et des rencontres plus ou moins insolites.
"J'ai commencé à parcourir le monde dans une cuve pleine de roses trémières au fond d'un jardin à la Birochère, Vendée. Les fesses sur les pierres chaudes, je descendais le superbe Orénoque à grand coups de pagaie avec mon ami Gérard, le fils du voisin..."

lundi 2 juillet 2018

MORLAIX

Dans les rues, ruelles et escaliers de Morlaix.
Une vision magnifique à chaque coin de cette ville du Nord de la Bretagne (Finistère).

           

     Je me suis longuement promené, lors du festival International "BREIZ AQUARELLE". J'ai pris le temps d'y faire quelques croquis.

  J'ai découvert la Bretagne il y à quelques années, en 2013: Ma fille avait un logement à Auray. Je suis littéralement tombé amoureuse de cette région.
Chaque fois que j'y retourne, elle se découvre un peu plus. 
Chaque fois que j'y retourne, elle se cache un peu plus.

Entre modernité et tradition.
Entre galette et Breiz Cola


 

Histoire

L'étymologie du toponyme Morlaix est discutée. Les anciens auteurs se sont plu à faire des jeux de mots à propos de cette étymologie: certains ont voulu lui donner une étymologie celtique, par exemple « mor-lès » ou « mor-laez », « près de la mer » ou « mer de lait ». Le Baron de Wismes donne au xix° siècle une origine fantaisiste, estimant que le nom provient de l'expression « s'ils te mordent, mords-les », ce qui désigne les Anglais et fait référence à l'héroïque résistance de la cité face aux corsaires anglais en 1512; cela a été gardé comme devise officielle (à noter d'ailleurs que cette devise est quasiment unique en son genre). Il est plus vraisemblable que Morlaix tire son nom de l'appellation latine de l'implantation romaine Mons Relaxus ; les déformations au cours des siècles (Montereleis en 1217, Montrelez en 1304) seraient à l'origine de ses noms français et breton, notamment via la contraction de l'expression « Mont Relaix » (Montrelais en 1304, Montrelez en 1352, Morloys en 1371, Montrelez en 1381, Morlaix en 1420, Morleix en 1462, Morlais en 1719).
Selon Michel Priziac, mais c'est très controversé, le nom "Morlaix" proviendrait du mot mont et le vieux français releis, (délaissé, abandonné) ; il apparaitraît alors comme une « colline délaissée » au moment où elle a reçu son nom.

dimanche 1 juillet 2018

INTERVENTION SCOLAIRE inauguration juin 2018

Tout d'abord je voudrais remercier les élus, les professeurs et tous les parents bénévoles sans qui il nous aurait fallu bien plus d'une année pour venir à bout de ces 24 mètres de long. Les élèves ont travaillé sur le projet d'école, je cite:" A la découverte de notre patrimoine local, des vestiges laissés par nos ancêtres à la fresque murale des élèves de notre école." ou; plus simplement l'objectif était qu'ils laissent leur trace comme ont pu le faire les artistes des précédentes générations. Je ne peux pas promettre que dans 200 ans les couleurs ne se soient pas effacées. Mais, comme le fresque de Lincourt certains pourront la montrer à leur enfant. Chaque dessin de chaque enfant à été retracé et je tiens à m'excuser auprès des élèves si je n'ai pas réussi à les dessiner aussi bien que leur originaux. Les artistes je vous félicite tous vous estes des champions.

Tous les artistes ont été pris en photo, je les ais transféré aux maîtresses malheureusement je n'ai pas le droit de les mettre en ligne aussi j'encourage les parents à se rapprocher de leur enseignante.

Merci à Fabrice Missonier pour le reportage

lundi 25 juin 2018

PLACE DU TERTRE


Une soirée place du tertre, ou je m'amuse à dessiner un portraitiste. il se retourne me voit, nous sympathisons. S'ensuit une heure de palabre sur la peinture, le dessin, le vie des artistes de la place du Tertre.
Il me raconte son arrivé à Paris, alors qu'il ne parlait pas Français, et aussi la suite.
Il me présente ses copains et ses copines, comme si nous nous connaissions depuis longtemps.

Un moment des plus agréable, en terrasse, au soleil, avec un verre de blanc et une crêpe Suzette.

Paris est extraordinaire.

lundi 18 juin 2018

jardin d'acclimatation

Ce jardin, parc, zoo, est dans mon coeur, il est le symbole des bons souvenirs d'enfance. Lorsque accrochée à la main de ma petite mamie, j'admirais l'immense horloge fleurie. En réalité, pas si grande, mais je la voyais de ma hauteur de petite fille. Lorsque ma grand mère tentait de m'enseigner le nom des oiseaux alors que je rêvais d'aller faire un tour de barque.
Plus tard, j'y ai moi même emmener mes filles.
Ce mardi du mois de Novembre, j'y retourne avec les Croqueuses de Paris, ces filles je les adore. Elles m'ont invité à venir croquer avec elles, malheureusement je suis tellement malade que la journée va être un peu longue.


 
 J’ai mal dormi, j’ai toussé et transpiré toute la nuit.
« Alors tu vas mieux ?
– Nooonnnnnn…
– Tu étais tellement contente d’aller faire cette journée, tu devrais rester au chaud… vu l’état où tu es.
– Nooonnnn !
Je me lève d’un coup, ma tête tourne. J’y vais c’est tout. J’embarque la sacoche du carnettiste, j’y ajoute les aspirines, le sirop et les mouchoirs. Ligne C du RER, c’est long quand tu renifles. Je n’ai pas faim, mais il faut que je prenne des forces, je fais la queue dans un resto rapide qui n’en a que le nom. Les Croqueuses de Paris sont déjà attablées. Cela me fait tellement plaisir de participer à cette journée, que je recouvre quelques forces. Un grand merci à elles trois de m’avoir invitée.
Le Jardin d’Acclimatation ressemble toujours à celui de mes souvenirs ; les manèges et autres bâtiments ont été repeints, mais ils ont conservé la même couleur, celle de mon enfance. Lorsque ma grand-mère m’emmenait voir les oiseaux et faire des tours de voitures. Je restais toujours bloquée devant cette pendule fleurie, à l’entrée. Je n’étais pas bien grande, elle me paraissait immense, et les couleurs vives des fleurs, la composition du jardinier m’hypnotisaient. Plus tard, j’y ai emmené mes filles, je les revois courir vers l’araignée géante. Nous y avons organisé des chasses au trésor et des pique-niques familiaux, bien arrosés, et très joyeux.
Aujourd’hui, avec les Croqueuses, je tente, malgré la tristesse du temps, de mettre des couleurs vives sur mon papier. La Fondation Louis Vuitton fait partie du paysage, elle se voit de partout, mais je trouve ses formes et couleurs tout à fait en harmonie avec le lieu. J’aime bien cet anachronisme entre architecture moderne et jardins.
Pour lire les Croqueuses
l'histoire du jardin d'acclimatation